Vaccination : parlons-en !
Vaccination : parlons-en !
30/09/2016
Vaccination : parlons-en !

Arrivée du vaccin antigrippal 2016-2017, nouveau calendrier vaccinal et concertation citoyenne … La vaccination reste encore et toujours d’actualité ! Le point pour tout savoir sur ce geste vital.

Trois vaccins sont aujourd’hui obligatoires en France : diphtérie, tétanos et poliomyélite. Les autres sont fortement recommandés.
C’est le cas du vaccin contre la grippe, préconisé chez les personnes de plus de 65 ans, atteintes d’affection longue durée et les femmes enceintes. La vaccination reste la principale mesure de prévention contre cette maladie responsable de complications mortelles chaque hiver.

Les recommandations vaccinales qui changent en 2016.
Le calendrier vaccinal 2016 a ajouté une nouvelle recommandation contre le zona pour les personnes âgées de 65 à 74 ans. Il est également possible durant un an de bénéficier d’une vaccination de rattrapage, proposée aux 75-79 ans révolus. Sachez que ce vaccin peut être coadministré avec celui de la grippe.
Autre nouveauté, le rappel contre la fièvre jaune n’est plus recommandé au-delà de l’âge de 2 ans pour les résidents en Guyane et les personnes issues de la métropole qui y séjournent ou souhaiteraient s’y rendre.

Restaurer la confiance.
La politique vaccinale pourrait également évoluer dès la fin de l’année.
En janvier, la ministre de la Santé a en effet présenté un plan d’actions pour la rénovation de la politique vaccinale. Une concertation citoyenne a permis de recueillir les opinions des Français en matière d’obligation vaccinale et de bénéfices risques.
Les résultats, attendus cet automne, devraient être suivis d’une journée publique d’échanges et de débats avant la publication de propositions concrètes pour restaurer la confiance dans la vaccination.

Un nouveau portail d’information grand public !
A quoi servent les vaccins ? Qui doit se faire vacciner ? Pour répondre aux questions du grand public, l’agence Santé public France a lancé un avril 2016 un nouveau portail d’informations.
Conseils pratiques, calendrier vaccinal, vidéos et espaces participatifs sont proposés via cet outil qui doit encore être enrichi d’ici la fin de l’année.

Pour plus d’information :
www.vaccination-info-service.fr
Que manger en période de stress ?
Que manger en période de stress ?
27/09/2016
Que manger en période de stress ?

En général, le stress développe l’attirance pour le sucré, sorte de valeur refuge. Vous n’en avez pas l’impression, mais vous consommez souvent en quantité des produits à sucre ajouté : céréales du matin, desserts, biscuits, chocolat … Or l’excès de sucre peut entraîner une dépendance et de la fatigue – les édulcorants, eux, posent d’autres problèmes.

Chez les personnes stressées, on constate deux comportements alimentaires opposés. Certaines sont prises de fringales et recherchent le sucré comme un doudou pour se calmer ; elles prennent du poids, se sentent mal et sont encore plus stressées : on entre dans un cercle vicieux. Mon conseil est alors de consommer des féculents – en quantité raisonnable – à chaque repas.
Si c’est votre cas, le matin mangez du pain complet multicéréales. Mieux vaut éliminer la confiture, au profit de la compote, deux fois moins sucrée. Pour limiter les fringales, faites-vous des tartines de fromage frais. Au déjeuner, prenez des féculents digestes, tels que riz, pomme de terre, lentilles … il vaut mieux éviter les pâtes car la quantité est plus difficile à contrôler. Le soir, encore des féculents, légumes secs par exemple, toujours en quantité raisonnable. Enfin pensez aux fruits secs, qui apportent magnésium, calcium et potassium.

Chez d’autres personnes, le stress coupe l’appétit – c’est l’impression de boule au ventre. Dans ce cas, il faut reconditionner la prise alimentaire, avec des fruits et des légumes, cuits ou crus, et suffisamment de fruits secs (3 à 6 par jour), afin de retrouver peu à peu une alimentation équilibrée.

Le conseil phyto :
Aubépine : remarquable par la beauté de sa floraison, l’aubépine est identifiée par son nom botanique Crataegus curiseppala lindm. ; l’espèce a parfois été surnommée la valériane du cœur,

Mélisse : plante aromatique à odeur citronnée, l’espèce officinale contribue à dissiper les gênes digestives. l’extrait de Mélisse est également reconnu pour favoriser la détente et préserver la qualité du sommeil.
Que manger quand je me sens à plat
Que manger quand je me sens à plat
24/09/2016
Que manger quand je me sens à plat ?

La fatigue peut avoir une cause organique, nécessitant une prise en charge médicale. Dans tous les cas, une alimentation équilibrée est indispensable pour la combattre.

Avant tout, il faut s’assurer que l’organisme est bien hydraté. En hiver, alors que le chauffage est intense, on ne pense pas toujours à s’abreuver de façon régulière et suffisante. Attention, certaines boissons consommées en excès ont pour effet d’accentuer la déshydratation : c’est le cas du café et du thé, et des sodas chez les jeunes.

Veillez à bien diversifier l’alimentation. La variété des aliments permet de couvrir les besoins micro-nutritionnels. Une étude récente a montré que certains déficits sont fréquents. Pour la vitamine C, consommez des agrumes (au moins deux fois par jour) et d’autres fruits frais, saupoudrez vos plats de persils. Les légumes à feuilles (épinards, laitue...), les fromages persillés et la levure vous apporteront de la vitamine B9, également précieuse pour la protection cardio-vasculaire. Pour ne pas manquer de fer , il suffit de petites quantités de viande rouge et de poisson ( en moyenne 400 g par semaine). Enfin les légumes et les fruits secs sont de bonnes sources de potassium et de magnésium.

Attention aux faux amis qui donnent l’illusion d’un coup de fouet.
Le premier est le café. Les boissons à base de caféine excitent l’organisme et au final l’épuisent. De plus, le café bu en excès perturbe l’absorption intestinale du fer, ce qui majore la fatigue.
Second faux ami:le sucre ajouté. Les aliments qui en contiennent sont généralement moins riches en nutriments essentiels pour la vitalité. L’attirance pour le sucre peut être satisfaite par les fruits bien mûrs, les compotes, les fruits secs.

Le conseil Phyto :
Le THYM est une plante intéressante en cas de fatigue passagère, pour ses propriétés reconstituantes. La tisane de thym est en excellent substitue au café ! Cette plante aromatique éprise de soleil dégage un parfum tonique et appétissant, lié à son huile essentielle spécifique.


Le GINSENG traditionnel est aussi une plante de choix. Trésor de la médecine chinoise, Panax ginseng fait partie des rares végétaux adaptogènes.

la bronchiolite
la bronchiolite
23/09/2016
La bronchiolite

Respiration sifflante, toux entrecoupant son sommeil … votre petit bout a peut être une bronchiolite ? Cette infection des bronchioles, fréquente et contagieuse, est sans gravité à condition d’être vite soignée.

Virus respiratoire syncytial, tel est le nom du principal responsable de cette maladie qui affecte 30 % des nourrissons chaque hiver.
La bronchiolite, infection virale des voies respiratoires, commence toujours comme un simple rhume dont on ne se méfie pas tant il semble courant et anodin. Le VRS se transmet par la salive, la toux, les éternuements ou par simple contact avec des jouets que les bébés manipulent.

Bénigne, mais à risque de complication
Dans la plupart des cas, les problèmes respiratoires disparaissent spontanément en quelques jours. Néanmoins, en raisons des complications possibles, mieux vaut consulter votre généraliste ou votre pédiatre dès les premiers symptômes. Car un bronchiolite pas ou mal soignée peut prendre une tournure grave chez les tout-petits et déclencher par la suite une fragilité pulmonaire ou de l’asthme.
L’infection virale peut muter en surinfection bactérienne. En cas d’otite associée, par exemple, le médecin prescrira alors des antibiotiques.

Aux petits soins pour bébé
Il faut compter environ 10 à 15 jours pour débarrasser votre enfant de sa bronchiolite. En parallèle du traitement médical, oeuvrez vous aussi pour la bonne. Nettoyez son nez avant chaque repas avec du sérum physiologique, n’utilisez qu’une fois le mouchoir en papier.
Pour l’aider à mieux respirer, vous pouvez aussi aérer et humidifier souvent l air de sa chambre. Eviter par ailleurs de trop le couvrir, faites-le boire régulièrement et n’oubliez jamais de vous laver les mains avant et après vous être occuper de lui. Rappelez-vous que le virus se transmet aussi par simple contact !

Actualités